Instantané

Il ne faudrait que quelques instants pour t’ébaucher, comment on dit déjà, en deux coups de crayons, deux coups de cuillère à pot. Et un fatras de mots confus, pour le réalisme des sens*. Il n’y aurait qu’à étaler les différences sur la toile et constater les dégâts avec un soupçon d’insouciance, d’élégance, hausser les épaules, soupirer et s’épancher en silence sur tout ce qu’il y a d’insensé et de contradictoire là-dessous. Sous les jupes, sous les esprits échauffés, les dentelles froissées, c’est cela oui, hurlons au paradoxe, disloquons les instants et les corps. Qui sais ce que l’on découvrira sous la peau, ce que l’on avisera en se dénudant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s