Imminence

Heureusement, tu étais là. Pour éviter ma chute, au moins l’adoucir. Perdue entre les bulles, un moule à gâteau dans une main, le fouet dans l’autre. Du chocolat collé entre les ongles, de la farine plein sur tes joues, piègée entre un faux air sérieux et ton air espiègle habituel. T’as demandé ton verre de champagne comme on demande le sel, relevé tes cheveux sans même y penser. Et on a trinqué.

Il y a tant de détails à retenir, sur ces gens et ces instants.
Ne pas oublier, laisser inaltérables les secondes de bonheur.
Celles qui nous accrochent le rire au cœur pour une éternité à ne plus respirer.
Cet air de printemps qui s’engouffre goulûment dans nos gorges,
cette mélodie du souvenir, à se tordre, se tordre, à en crever de se sentir vivant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s